Paris : les migrants pourrissent la vie des riverains de la rue Pajol

« Je suis inquiet, très inquiet ». Le maire (socialiste) du XVIIIe arrondissement de Paris ne cache pas sa « très grande préoccupation ».

Vendredi dernier, quelque 300 migrants, principalement des Soudanais et des Afghans, se sont installés rue Pajol, alors qu’ils avaient été évacués l’année dernière, raconte le Parisien. Depuis qu’ils sont arrivés, la vie est devenue impossible pour les habitants du quartier et les commerçants. « C’est une prise d’otages, une fois encore, s’indigne un père de famille. Les lieux sont devenus impraticables et on nous prive même de la bibliothèque… Sans parler de l’alcool qui coule à flots dans le campement et de l’agressivité qui règne. J’ai déjà assisté à deux bagarres ». Depuis vendredi, la médiathèque a fermé ses portes, l’esplanade Nathalie-Sarraute est occupée par une centaine de tentes, et la fête de la musique a été annulée.

Le maire réclame donc la construction d’un camp, annoncée par Anne Hidalgo, dans le nord-est de la capitale, pour accueillir les milliers de migrants qui convergent vers Paris. Récemment, 1 900 personnes ont été évacuées des jardins d’Eole, et 400 autres qui étaient installées sous le métro aérien de la station Stalingrad.

Valeurs Actuelles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *