Une exoplanète “habitable” découverte non loin de la Terre ?

En l’absence de confirmation de la part de l’ESO, l’annonce de la découverte d’une exoplanète en zone habitable à 4,24 années lumières de notre Terre par le journal allemand Der Spiegel doit-être prise avec précaution.

Elle ressemblerait à la Terre, serait potentiellement habitable et, cerise sur le gâteau, serait extrêmement près de nous, puisqu’à seulement 4,24 années lumières (presque la porte à côté en matière de distances spatiales). En effet, elle aurait été découverte autour de Proxima du Centaure, l’étoile la plus proche de notre système solaire. C’est ainsi que le journal Der Spiegel a annoncé avec tambours et trompettes la découverte d’une toute nouvelle exoplanète (c’est à dire une planète située hors de notre système solaire). “Jamais les scientifiques n’avaient observé une seconde Terre aussi proche !” annonce l’article, amplement repris sur le Web. Si la nouvelle est avérée, il s’agirait effectivement d’un record des plus intéressants. En effet, on ne dénombre actuellement que 42 planètes en zone “habitable” dans l’Univers. C’est-à-dire des planètes situées dans la fourchette de distance idéale de l’étoile autour de laquelle elles gravitent. Ainsi, elles reçoivent juste ce qu’il faut d’énergie pour que l’eau à leur surface (si eau il y a) puisse demeurer liquide. Une condition indispensable (mais loin d’être suffisante) pour que la vie telle que nous la connaissons, puisse apparaître et se maintenir. La découverte d’une planète ressemblant à la Terre à un tiers de cette distance permettrait peut-être aux astronomes de réaliser de fascinantes observations.

Une annonce prématurée ?

Mais le hic c’est que l’ESO (European Southern Observatory), à l’origine de cette découverte d’après l’article du Spiegel, n’a pas confirmé cette découverte. L’annonce serait prévue pour la fin du mois d’août 2016 précise le journal allemand. En l’absence de communication de la part de l’ESO ou de description de cette planète dans une revue scientifique à comité de lecture, il est donc un peu prématuré de s’enthousiasmer sur une potentielle “jumelle de la Terre” à deux pas de chez nous. Notamment parce que la découverte d’une exoplanète n’est pas en soi un événement exceptionnel. On en recense à ce jour pas moins de 3.501 (vous pouvez en consulter la liste ici), et chaque jour, cette liste s’allonge. Pour preuve, rien qu’en juillet 2016 pas moins de 41 nouvelles exoplanètes ont été découvertes. En mai 2016, la Nasa avait même annoncé la découverte en une seule fois de pas moins de 1.284 nouvelles planètes situées hors de notre système solaire. Mais il arrive aussi que ces listes d’exoplanètes se dégonflent d’un coup. Ainsi, en décembre 2015, une étude conduite par l’Observatoire de Haute-Provence avait montré que plus de la moitié des “exoplanètes” géantes découvertes par le télescope spatial Kepler… n’en étaient pas. Sur une population de 129 exoplanètes géantes parmi les 4.000 candidats détectés par Kepler, 52,3% sont en fait des “étoiles binaires à éclipses” et 2,3% des “naines brunes”, ces étoiles dont le cœur n’a pas pu atteindre la température nécessaire pour faire démarrer les réactions nucléaires à l’origine de la lumière des étoiles. Raison de plus pour être prudent quant à l’annonce du Spiegel.

Source: sciencesetavenir.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *