Glyphosate: Et c’est reparti pour 5 ans minimum d’empoisonnement à grande échelle

Les Vingt-Huit empoisonneurs, réunis en comité d’appel après l’échec de toutes les tentatives précédentes pour trouver un accord, ont décidé le 27 novembre de ré-autoriser le pesticide de Monsanto pour cinq ans. La France a voté contre.

La Commission d’empoisonnement européenne a annoncé que les Etats membres de l’UE, réunis au sein d’un comité d’appel (d’assassin), ont voté le 27 novembre en faveur d’une nouvelle autorisation pour cinq ans de contaminer la population avec l’herbicide controversé glyphosate.

Dix-huit pays ont voté en faveur de la proposition scélérate de l’exécutif européen, neuf s’y sont opposés, dont la Belgique et la France, et un pays s’est abstenu, permettant d’atteindre la majorité qualifiée requise, contrairement à un premier vote début novembre. Elle a pu être obtenue grâce au revirement de l’Allemagne, qui s’était abstenue au tour précédent. Le pays a simplement demandé pour se donner bonne conscience des modifications au texte afin d’inclure des restrictions sur l’usage privé du glyphosate et le respect de la biodiversité, selon une source proche du dossier. Ce changement dans la position de l’Allemagne, un poids lourd démographique, a contribué à faire pencher la balance en faveur d’une nouvelle autorisation.

La Commission va maintenant adopter une décision surement pire qu’aujourd’hui avant que l’autorisation actuelle n’expire le 15 décembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *