Pyramide de Khéops: le secret de la chambre nouvellement découverte enfin connu?

Une porte dans la pyramide de Khéops pourrait mener dans une pièce secrète, qui pourrait receler le trône posthume de ce pharaon, supposent des chercheurs.

Un espace vide de 30 m de longueur à l’intérieur de la pyramide de Khéops, découvert début novembre, pourrait receler un trône en fer météorique, suppose l’astrophysicien italien Giulio Magli.

Les espaces vides qu’on a découvertne seraient pas une erreur des constructeurs et ne remplissaient sans doute pas une fonction purement technique, comme le supposent certains chercheurs.

«Il y a une interprétation possible, qui est en accord avec ce que nous savons de la religion funéraire égyptienne comme en témoignent les Textes des Pyramides. Dans ces textes, on dit que le pharaon, avant d’atteindre les étoiles du nord, devra passer les “portes du ciel” et s’asseoir sur son “trône de fer”», dit M.Magli cité par Eurekalert.

Dans la pyramide, il y a quatre puits étroits pointés sur les étoiles. L’après-vie du pharaon se déroulait, selon les textes, dans le ciel, parmi les étoiles du nord. Deux des quatre canaux s’ouvrent sur les façades du monument, tandis que les deux autres s’ouvrent sur de petites portes. L’une des deux portes, celle du sud, a été plusieurs fois examinée sans résultat, tandis que celle du nord est encore scellée.

Ces portes représentent probablement les «portes du ciel» et celle du nord pourrait bien mener dans la pièce nouvellement découverte. La pièce peut contenir un objet dont Khéops avait besoin après avoir franchi les portes: le «trône de fer» mentionné dans les Textes des Pyramides.

Nous pouvons avoir une idée de la façon dont cet objet pourrait être, en observant le trône de la mère de Khéops, la reine Hetephérès, qui a été découvert brisé en morceaux et reconstruit par l’Université de Harvard. C’est une chaise basse en bois de cèdre recouverte de feuilles d’or et de faïence. Celui de Khéops pourrait être similaire, mais recouvert de fines feuilles en fer. Ce ne serait pas du fer fondu, mais du fer météoritique, c’est-à-dire tombé du ciel sous la forme de météorites, cité dans les Textes.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *