D'après Ankara en Syrie seuls deux raids aériens russes ont ciblé les positions de l'EI

Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a affirmé mercredi que seuls deux raids aériens russes avaient ciblé le groupe de l’Etat islamique (EI) en Syrie.

« Seuls deux des 57 frappes de la Russie ont visé Daech » et les autres l’opposition modérée en Syrie, soutenue par la Turquie et les Etats-Unis, alliés de l’Otan, a assuré Ahmet Davutoglu ce mercredi. Ces chiffres proviennent des renseignements militaires turcs, a-t-il expliqué. « Si l’opposition syrienne est affaiblie, c’est Daech qui en sortira renforcé (…) S’il y a une lutte contre Daech faisons le ensemble », a-t-il dit dans des propos télévisés.

Le chef du gouvernement a en outre prévenu que la Turquie ne fera « pas de concessions » au sujet des violations de son espace aérien à la frontière syrienne par des chasseurs russes, qu’elle a dénoncées ces derniers jours. « Nous ne ferons pas de concessions en ce qui concerne la sécurité de nos frontières et de notre espace aérien », a-t-il déclaré au sujet des tensions entre la Turquie et la Russie qui s’est militairement impliquée en Syrie.

Discussion « franche et amicale »

Ahmet Davutoglu a cependant souligné que la Turquie « ne veut pas de tensions avec la Russie », avec laquelle elle a d’étroits rapports commerciaux mais en précisant que « l’espace turc est aussi naturellement l’espace de l’Otan ». « Nous discutons (des violations) avec la partie russe d’une manière franche et amicale (…) Nous attendons de la Russie qu’elle prenne en compte les inquiétudes sécuritaires de la Turquie”, a-t-il ajouté.

Lire aussi

La Turquie a dénoncé deux violations de son espace aérien lors du week-end par des avions russes et convoqué l’ambassadeur de Russie pour lui faire part de sa « ferme protestation ». L’émissaire russe a une nouvelle fois été convoqué mardi au ministère des Affaires étrangères pour discuter de cette affaire, a indiqué mercredi un du ministère.

 Bientôt une rencontre ?

Les autorités turques sont prêtes à rencontrer les responsables militaires russes pour faire le point sur les mesures que Moscou serait prête à prendre pour éviter une répétition de ces incidents, a souligné le texte. La diplomatie turque a toutefois démenti des informations selon lesquelles un groupe de travail serait constitué entre les parties.

Le ministère russe de la Défense a indiqué que des discussions étaient en cours avec les Turcs pour mettre en place un « mécanisme » afin d’éviter de tels incidents.

Source:  lesechos.fr

Hits: 6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *