Bangladesh : le groupe Etat islamique revendique une fusillade dans le quartier diplomatique de Dacca

Le groupe djihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué une fusillade et une prise« d’otages » qui se déroulaient vendredi soir dans un restaurant du quartier diplomatique de Dacca, la capitale du Bangladesh, selon un communiqué de l’agence Amaq, liée à l’organisation ultraradicale.

« Des commandos de l’Etat islamique attaquent un restaurant fréquenté par des étrangers dans la ville de Dacca, au Bangladesh », affirme un communiqué d’Amaq relayé sur les réseaux sociaux. L’attaque a fait « plus de 20 morts de différentes nationalités », ajoute Amaq, qui précise que « les commandos ont pris des otages dans le restaurant Artisan ».

« Un nombre inconnu de personnes se trouvent encore à l’intérieur [de l’établissement] mais on ne sait pas si elles ont été prises en otage », avait affirmé peu auparavant à l’Agence France-Presse un responsable de la police locale, Sayedur Rahman.

Un lieu fréquenté par des expatriés

Deux policiers qui avaient été grièvement blessés lors de la fusillade sont morts des suites de leurs blessures, a annoncé la police. De nombreuses forces de sécurité ont été dépêchées sur les lieux.

Selon la version en ligne du quotidien Daily Star, cinq assaillants ont fait irruption dans le restaurant Holey Artisan Bakery vers 21 h 20 heure locale dans le quartier chic de Gulshan et ont ouvert le feu. Selon le chef des forces spéciales de la police bangladaise, Benjir Ahmed, les attaquants ont lancé des engins explosifs sur les policiers.

Un habitant se trouvant près du restaurant a dit qu’il entendait des tirs sporadiques près de trois heures après le début de l’attaque. « C’est le chaos là-bas. Les rues sont bloquées. Il y a des dizaines de commandos de la police », raconte cet habitant, Tarique Mir. La fusillade a éclaté tout près du Nordic Club – un lieu très fréquenté par les expatriés des pays nordiques –, ainsi que de l’ambassade du Qatar.

Le Bangladesh est frappé par une vague de meurtres de défenseurs de la laïcité, d’intellectuels et de membres de minorités religieuses, imputés à des groupes djihadistes, et qui a fait plus de 50 morts en trois ans.

Source: lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *