Violents combats à Damas après une attaque surprise des djihadistes (vidéo)

Afin d’ouvrir un nouveau front et de soulager les combattants mis en difficulté au nord de la ville, des djihadistes du Front Fateh al-Cham, l’ex-branche d’Al-Qaïda, ont lancé une offensive éclair contre l’armée syrienne dans le centre de Damas.

Des affrontements violents ont éclaté ce dimanche 19 mars au soir dans l’est de Damas, après que plusieurs groupes de djihadistes ont lancé une attaque surprise afin de tenter de gagner le cœur de la capitale.

Menés par des djihadistes du Front Fateh al-Cham, l’ancienne branche syrienne d’Al-Qaïda, cette offensive contre l’armée syrienne et ses alliés a été lancée à partir du quartier de Jobar, contrôlé par les rebelles et situé non loin du centre-ville.

L’AFP indique qu’il s’agirait d’une attaque éclair ayant pour but de complexifier encore davantage la reconquête entreprise par l’armée syrienne. En retardant la fin des hostilités, elle servirait également à ouvrir un nouveau front et ainsi faciliter la progression des djihadistes mis en difficulté dans trois quartiers du nord de Damas par les bombardements de l’armée syrienne.

Ces combats font rage alors qu’une nouvelle étape des négociations est prévue à partir du 22 mars, à Genève, en Suisse. Sous l’égide de l’ONU, des représentants du gouvernement de Bachar el-Assad et de l’opposition doivent se rencontrer et discuter d’une issue possible au conflit. Pour l’heure, aucune solution concrète à la guerre qui déchire le pays depuis six ans et a fait plus de 320 000 morts et des millions de déplacés et réfugiés n’a encore été trouvée.

Un cessez-le-feu avait été négocié en décembre avec l’aide de la Russie, alliée de la Syrie, et de la Turquie, qui soutient des groupes rebelles – mais les combats n’ont pas pour autant cessé. Moscou a d’ailleurs déploré que l’opposition syrienne ait décidé de ne pas jouer le jeu de la diplomatie.

La capitale syrienne est désormais la cible d’attentats sanglants, alors que la situation humanitaire dans le reste du pays reste alarmante. Le 15 mars dernier, six ans jour pour jour après le début de la rébellion en Syrie, un kamikaze avait pris pour cible le palais de justice dans le centre de la capitale, faisant de nombreuses victimes. Un second attentat meurtrier avait ensuite eu lieu dans un restaurant.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *