La capitale britannique prête pour la Troisième guerre mondiale

Préoccupés par les tensions entre la Corée du Nord et les États-Unis, d’autres pays passent en revue les moyens visant à protéger leurs citoyens en cas de… Troisième guerre mondiale. Par exemple, à Londres, une carte des abris de bombardement est mise à disposition de ses habitants.

Le tabloïd quotidien britannique Daily Express a publié une carte avec huit abris antiaériens où les habitants de Londres pourront se cacher en cas de guerre nucléaire déclenchée à l’initiative de la Corée du Nord ou des États-Unis, déjà baptisée WW3 (la Troisième guerre mondiale, ndlr).

​Il y a huit abris antiaériens aux adresses suivantes: Chancery Lane, Belsize Park, Camden Town, Goodge Street, Clapham North, Clapham Common, Clapham South et Stockwell.

Chaque abri est conçu pour accueillir entre 8 000 et 10 000 personnes et est composé d’une paire de tunnels parallèles de 5,05 m de diamètre et de 370 m de long. Chaque tunnel, à son tour, est divisé en deux.

La construction de refuges a été lancée en 1940 pendant le Blitz, en réponse à la demande publique pour pouvoir se cacher dans les stations de métro à Londres.

Ils ont été terminés en 1942, après le Blitz. Initialement les refuges ont été utilisés par le gouvernement, puis, les bombardements s’intensifiant, cinq d’entre eux ont été ouverts au public en 1944. Il s’agissait de ceux de Stockwell, Clapham North, Camden Town, Belsize Park et Clapham South.

Source

Hits: 93

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *