Harcèlement dans les transports : quand la victime doit batailler avec les agents de la SNCF

Une jeune fille affirme avoir été insultée et poussée hors d’un train par des agents après avoir subi des attouchements dans le RER, rapporte “Le Parisien”.

L’incident, relaté samedi par Le Parisien, fait froid dans le dos. Jeudi soir, une femme de 21 ans emprunte la ligne J du RER reliant Les Mureaux et Mantes-la-Jolie. Elle subit pendant le trajet, à deux reprises, des attouchements aux fesses de la part d’un adolescent, précise Le Parisien. Rapidement, la femme contacte les services de police et « empêche son agresseur de descendre du train ». Puis des agents de médiation des transports en commun arrivent sur les lieux. Selon le quotidien, l’auteur de l’agression « s’excuse devant eux » et « pour les agents, l’incident est clos. Ils demandent à la victime de laisser son agresseur partir. »

Mais, d’après le témoignage livré depuis par la jeune fille au commissariat de Mantes-La-Jolie, l’histoire n’en reste pas là. Hors d’elle, la jeune femme décide de « tirer le signal d’alarme pour empêcher le train de repartir ». C’est après cet événement, selon la victime, que le conducteur décide de l’insulter. Pire, « un autre passager, pressé de voir la rame repartir, pousse la jeune femme hors du train », raconte Le Parisien.

Enquête interne en cours

S’ensuit un chaos indescriptible avec l’arrivée des policiers sur place. Ils seraient en effet entrés en conflit avec les agents de médiation qui s’interposaient, tandis que le conducteur tentait lui de refermer les portes du train avant qu’ils n’appréhendent l’agresseur présumé. « L’adolescent est finalement placé en garde à vue à l’hôtel de police de Mantes-la-Jolie », affirme Le Parisien, qui avance également que la SNCFmène une enquête interne et confirme l’incident, mais en a « différentes versions ».

D’après des consultations menées en mars 2015 auprès de 600 femmes de Seine-Saint-Denis et d’Essonne, 100 % ont déjà au moins une fois été la cible d’une forme de violence sexuelle dans une rame de métro, un tramway ou un autobus, dont 50 % âgées de moins de 18 ans. En novembre 2015, les pouvoirs publics avaient pris fait et cause pour les victimes et lancé une grande campagne de prévention. En rappelant notamment les peines encourues (6 mois de prison et 22 500 euros d’amende pour injures et menaces, 5 ans de prison et 75 000 euros d’ amendes pour baisers forcés, frottements ou… mains aux fesses), elle visait à  faire évoluer les comportements pour qu’aucune agression ne soit banalisée ou ignorée, expliquait alors Pascale Boistard, la secrétaire d’État aux Droits des femmes. Une campagne qui, si l’incident est confirmé, semble être passée au-dessus des agents de médiation de la SNCF.

Source

Hits: 38

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *