Le triomphe des aérosols contre l’asthme ou comment la Norvège remporte les JO 2018

La Norvège a terminé ces JO 2018 à Pyeongchang en tête du classement avec 14 titres et 39 médailles au total. C’est un nouveau record olympique. Cependant, la joie des Norvégiens pourrait être assombrie par de récentes informations sur le début d’une enquête contre les skieurs-asthmatiques. Et s’il s’agissait de cas de dopages?

La Norvège écrase le classement des médailles, battant le record du plus grand nombre de médailles amassées aux JO d’hiver. Johannes Klaebo a été sacré champion olympique. Ce Norvégien de seulement 21 ans a remporté trois médailles olympiques. Fait curieux, ce sportif a obtenu ces résultats, juste après avoir été diagnostiqué comme asthmatique.

Outre Johannes Klaebo, plusieurs médailles olympiques ont été remportées par les fondeurs Martin Sundby, Ragnil Haga et Marit Bjergen. Tous asthmatiques, ils ont avoué eux-mêmes être malades.

Cette maladie a permis à ces athlètes d’avoir accès à ce qui est interdit à d’autres sportifs. C’est pour cette raison que le journaliste allemand Hayo Zeppelt veut mener une enquête sur les skieurs-asthmatiques norvégiens, rapporte Deutsche Welle.

Désormais, lorsque qu’on prononce le mot «Norvège», on s’imagine non seulement des médailles d’or mais aussi un aérosol contenant du salbutamol. Si la Ventoline, nom courant du salbutamol, sert le plus souvent à traiter l’asthme comme stimulant de l’appareil respiratoire, elle présente à haute dose des effets anabolisants et améliore la respiration même chez les non-asthmatiques.

«Si vous prenez beaucoup de médicaments contre l’asthme, cela vous donne le même effet que si vous utilisiez des stéroïdes anabolisants. Environ 70% de toutes les médailles que les Norvégiens ont reçu, depuis 1992, ont été obtenues par l’utilisation de médicaments contre l’asthme», indique le journaliste suédois Hasse Swens, dont les paroles ont été retransmises sur la chaîne de télévision SVT dans un film sur le dopage.

Il s’agit non seulement d’aérosols, mais aussi de médicaments plus sérieux. Ainsi, il y a une semaine, la chaîne de télévision publique norvégienne NRK a publié une liste contenant 52 médicaments que les Norvégiens avaient emportés à Pyeongchang. Ce qui est le plus intéressant dans cette liste, c’est le Celestone et le Kenacort-T.

Ces deux médicaments sont des corticostéroïdes avec un effet anti-inflammatoire. Leur utilisation est controversée, car ils ont une puissante capacité à éliminer les graisses du corps sans affecter la force musculaire des jambes. Les athlètes peuvent utiliser ces substances s’ils possèdent ce que l’on appelle une autorisation d’usage à des fins thérapeutique (AUT), mais en principe ces médicaments sont interdits.

Le chef du groupe des médecins de l’équipe nationale norvégienne aux Jeux Olympiques Mona Kjeldsberg a précisé que l’équipe avait pris ces médicaments avec eux «à tout hasard».

Entre-temps, l’Agence mondiale antidopage (AMA) reste muette, sans prêter la moindre attention à ces enquêtes, alors que le scandale du dopage en Russie n’avait été provoqué que par un film allemand…

Source

pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *