«Ce n’était pas un avion»: deux pilotes US signalent un OVNI au-dessus de l’Arizona, près de Roswell

Un objet non-identifié projetant une grand ombre a été détecté par deux pilotes américains au moment où ils survolaient le désert de l’Arizona. S’agit-il encore d’un autre incident ufologique près de Roswell?

Les pilotes de deux avions américains ont détecté le 24 février un objet volant non-identifié en survolant le sud-est de l’Arizona, fait savoir The Huffington Post. Les enregistrements de leur conversation avec les contrôleurs du Centre de trafic aérien d’Albuquerque ont été publiés sur la Toile. Bien qu’il y ait eu des explications vraisemblables concernant cet incident, les spéculations extraterrestres se sont envolées dans les milieux ufologues.

Un pilote de Lear jet a été le premier à signaler cet objet mystérieux.

«Je ne sais pas ce que c’était. Ce n’était pas un avion… il nous a dépassé en se dirigeant dans la direction opposée», a-t-il témoigné.

Les contrôleurs ont demandé à un pilote d’un avion de ligne d’American Airlines s’il a vu cet objet. Il a confirmé ces informations précisant que l’OVNI volait à environ 12.000m et projetaient une grand ombre.

«Quelque chose vient de nous survoler… C’était à, au moins, deux ou trois cent pieds (environ 600 à 900 mètres) au-dessus de nous», a-t-il indiqué.

D’autres pilotes sont intervenus dans cette conversation en demandant s’il s’agissait du ballon Google. Mais le pilote d’American Airlines a dit que c’était «peu probable».

Cet incident a eu lieu à environ 800 kilomètres à l’ouest du lieu où s’est passé le crash de Roswell en 1947 lorsqu’un OVNI s’est écrasé près de Roswell au Nouveau-Mexique. Les autorités américaines ont présenté cet incident comme l’écrasement d’un ballon-sonde ultra-secret (Mogul) destiné à espionner les expériences nucléaires militaires soviétique tandis que de nombreux ufologues ont déclaré qu’il s’agissait d’un OVNI.

De plus en plus d’Américains pensent qu’il existe des formes de vie intelligente sur d’autres planètes, selon un sondage réalisé par le Marist Institute for Public Opinion. D’après l’étude, la proportion de personnes partageant cet avis a atteint 68% contre 52% en 2005.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *