Après une visite dans les cités de Toulon, l’ex ministre de l’intérieur admet qu’une guerre civile pourrait être proche en France car il craint pour l’avenir

Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur sortant qui était en visite à Toulon hier, a mis en garde dans son discours d’adieu contre la situation critique dans les banlieues du pays.

“Je suis allé dans toutes les banlieues difficiles, la situation y est très dégradée (…) aujourd’hui, nous vivons côte à côte, et je l’ai toujours dit, je crains que demain nous devions vivre face à face”, a dit le ministre sortant.

Collomb est membre du Parti socialiste et très “favorable aux minorités”. Pour lui, annoncer la possibilité d’une guerre civile signifie qu’il doit se passer quelque chose de terrible.

Le ministre de l’Intérieur a servi sous le règne d’Emmanuel Macron depuis mai 2017. Collomb quitte le gouvernement après si peu de temps est un autre coup dur pour Macron, qui est loin d’être populaire en France.

La leader de l’opposition Marine Le Pen a été surprise par les propos de Collomb :

“Gérard Collomb révèle que les banlieues incontrôlables sont comme un explosif prêt à être allumé du jour au lendemain et a lancé un avertissement solennel au Premier ministre. Nous aurions aimé un tel langage de vérité pendant 17 mois !”

Le ministre français sortant n’est certainement pas le premier à dire que le pays pourrait faire face à une guerre civile.

Eric Zemmour, l’un des auteurs français les plus populaires, a déclaré : “La France est un pays où les guerres civiles ont eu lieu dans le passé et la possibilité d’une guerre civile future doit être prise au sérieux”.

Zemmour a même été inculpé pour ses propos lorsqu’il a parlé d’une “invasion islamique” en France qui pourrait entraîner une guerre civile religieuse.

Le professeur français Christian de Moliner a même affirmé que la France devrait se diviser en deux états : L’une avec une loi française et l’autre avec la charia pour le nombre croissant de musulmans dans le pays.

“Nous ne pourrons jamais éradiquer l’islamisme radical… Tant que nous ne sommes pas encore en guerre ouverte, les fidèles du Prophète se regroupent déjà dans des zones parfois régies par des règles spéciales”, a dit le professeur.

Source: Voice of Europe

Traduction Nouvelordremondial.cc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *