Jean-Luc Mélenchon filme en direct la perquisition à son domicile dans le cadre de deux enquêtes préliminaires

Le leader de La France insoumise a révélé sur sa page Facebook les perquisitions qui le visent lui ainsi que plusieurs proches, mardi matin, dénonçant une “intimidation”.

Jean-Luc Mélenchon se filme et dénonce une « agression politique »

” Voilà, vous me trouvez une drôle de tête, c’est parce que je fais l’objet d’une perquisition depuis 7 heures du matin chez moi, ainsi qu’au siège du Parti de gauche et au siège de la France insoumise”

le leader des Insoumis a mis plusieurs vidéos en ligne sur son compte Facebook. On y voit plusieurs personnes se livrer à une fouille en règle de l’appartement parisien du député de Marseille.

Les sièges de La France insoumise, du Parti de gauche ainsi que le domicile de Jean-Luc Mélenchon ont été visés par une perquisition, mardi 16 octobre, a lui-même révélé l’ancien candidat à l’élection présidentielle dans une vidéo postée sur sa page Facebook. Selon le député, plusieurs proches, dont la secrétaire générale du groupe LFI à l’Assemblée nationale et des assistants parlementaires, ont également été perquisitionnés. Ces perquisitions sont menées par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions dans le cadre de deux enquêtes préliminaires, a appris franceinfo de source proche du dossier.

La première enquête concerne des soupçons d’emplois fictifs d’attachés parlementaires au Parlement européen. Visant d’abord le Front national, cette enquête avait été élargie en juillet 2017 à quatre anciens assistants parlementaires européens de Jean-Luc Mélenchon. Les enquêteurs tentent de savoir si des fonds européens ont été détournés afin de rémunérer des cadres employés à d’autres tâches au sein de leur formation politique. La seconde enquête préliminaire, ouverte en mai 2018, porte sur les comptes de campagne de Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle de 2017 et des soupçons d’irrégularités.

Dans un communiqué, LFI souligne que l’enquête sur les emplois fictifs du parlement européen a été ouverte à la suite “d’une dénonciation d’une élue d’extrême droite, Sophie Montel, qui avouait elle-même qu’elle n’était pas sérieuse. Elle parlait en effet d’un ‘pied de nez’.

“Ils trouveront une raison quelconque pour me foutre en cabane”

“En ce moment, tous ceux qui ont travaillé avec moi ou qui ont été proches de moi ces dernières années subissent une perquisition. On leur prend leurs téléphones, on leur prend leurs ordinateurs. Voici les débuts du nouveau ministre de l’Intérieur, et de la ministre de la Justice. Voilà ce qu’ils sont en train de faire pour intimider et faire peur”, s’est ému Jean-Luc Mélenchon, filmant en direct la perquisition menée à son domicile.

“Ce n’est pas de la justice, ce n’est pas de la police. Nous ne méritons pas un déploiement pareil. On croirait l’arrestation de je-ne-sais-pas-quoi, d’un gang, d’une bande…” Jean-Luc Mélenchonsur Facebook

“Demain vous verrez, ils trouveront une excuse, une raison quelconque, pour me foutre en cabane, comme ils l’ont fait avec Lula, comme ils le font avec tout le monde. C’est ça leur nouvelle technique”, a poursuivi Jean-Luc Mélenchon avant de s’adresser directement à la garde des Sceaux, Nicole Belloubet.

“Madame Belloubet, vous êtes fière de ce que vous êtes en train de faire ? (…) Vous n’avez donc plus aucune dignité ? Tous les coups sont permis ? Vous ne savez pas à quoi vous vous affrontez : à une force politique, pas à une personne isolée. Nous allons vous le faire payer politiquement”, prévient Jean-Luc Mélenchon.

Source

Les partis extrémistes ne sont pas forcément où on nous dit qu’ils sont.

Quand les partis d’opposition sont perquisitionnés les uns après les autres, c’est que la dictature est en marche…

Hits: 31

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *